Berger/Gall – Double Jeu

Berger/Gall – Double Jeu

(Pop – paru le 12 juin 1992)

Ce « Double jeu » est un véritable chant du cygne, une oeuvre de chansons françaises comme on en fait plus, moderne, à la fois teintée de la légèreté ordinaire du couple et d’une profonde gravité.

Dernier album du génial Michel Berger et aussi premier album en tête à tête avec la femme de sa vie France Gall, il est aussi mon album préféré du compositeur. Pas de tubes, uniquement de belles chansons efficaces, aux textes poignants et ciselés, savamment arrangés par ses fidèles musiciens (Janick Top, Serge Perathoner, Claude Salmieri, Claude Engel et Denys Lable), le disque fait place à une maturité imposante, à une tristesse subtile et efface un peu la légèreté dont le couple nous avait pourtant bien habitué depuis tant d’années. A l’instar du titre « Superficiel et Léger », le couple aurait préféré naître sans le poids des sentiments :

« Superficiel et léger

Comme on voudrait certains soirs

Pouvoir un peu oublier

Les fils de notre histoire… »

Au fil des titres, le duo « laisse passer les rêves », s’intéresse au sort d’une petite orpheline cambodgienne, à la lettre d’une amoureuse, aux élans du coeur avant de refermer le disque sur un « jamais partir » qui prendra une tournure dramatique quelques mois après avec le décès soudain du chanteur. Ce « Double jeu » est un véritable chant du cygne, une oeuvre de chansons françaises comme on en fait plus, moderne, à la fois teintée de la légèreté ordinaire du couple et d’une profonde gravité.