CV17

CV17

Entrevue avec Denis Khairallah qui nous détaille le premier EP de CV17 de sa genèse à ses objectifs :

Pourrais-tu nous décrire chacun des titres ?

Conception Vessel (vaisseau conception), est l’instrumentale d’introduction  qui donne le ton sur ce qui va suivre. Il fait entre autre allusion à l’un des principaux canaux énergétiques dans la médecine traditionnelle chinoise. 

Saytara signifie « le contrôle » en arabe. La chanson décrit une personne qui perd le contrôle d’elle-même et les conséquences de ce qui en résulte. Saytara soulève plusieurs thèmes, notamment la fierté, la colère, la violence, la folie, les armes, etc.

Sea of Tranquility (la mer de tranquillité) est l’autre nom que l’on donne au point CV17 dans la médecine traditionnelle chinoise : il se trouve sur le vaisseau conception et coïncide avec l’emplacement du chakra du cœur dans certaines autres cultures. Cette chanson décrit donc un état un peu plus ‘‘tranquille’’ que la première.  😉 

Surrender – à l’opposé de Saytara – parle de se rendre ou d’abandonner ce qui est superficiel pour pouvoir être dans le vrai. Surrender, c’est aussi l’union et la célébration amoureuse de deux êtres.

‘‘Outro  CV17’’, l’instrumentale de fin, clôture l’EP. La musique est quasi la même que l’intro, à quelques exceptions près : l’énergie et le rendu sont différents.

Pourrais-tu nous détailler la genèse de cet album ?

Après la dissolution du groupe dans lequel je jouais il y a quelques années, j’ai voulu me consacrer pleinement à la composition de quelques chansons que j’avais en  tête. J’avais déjà des bribes de paroles, des idées et des morceaux de musique par-ci, par-là que j’avais enregistrés sur mon ordinateur. J’ai donc commencé à explorer et  à développer tout ça. Le but, dès le départ, n’était pas de créer un album purement commercial et de faire des compromis en ce sens. J’avais envie de le faire d’abord pour moi-même et de m’amuser en le faisant. 
Certaines paroles me sont venues en arabe, d’autres en français et d’autres en anglais (je suis Français par ma mère et Libanais par mon père, je suis né à Marseille mais j’ai grandi au Liban : l’arabe et le français sont mes deux langues maternelles, l’anglais est venu un peu plus tard). Personnellement je trouve aussi que certaines choses sont mieux dites ou plus expressives dans une langue que dans une autre.   

Par ailleurs, comme le son me fascine depuis toujours (j’ai fait des études dans le domaine), j’aime expérimenter et le manipuler de différentes manières pour l’utiliser à des fins artistiques. C’est donc de là que je suis parti… 

L’écriture de ces chansons a été influencée par mes expériences, mon parcours, mes lectures, mon intérêt pour tout ce qui touche au développement personnel par le qi gong, etc. 

On peut dire que CV17 a été initiatique à plusieurs niveaux.

Voilà donc comment est né CV17 (l’idée du nom de l’EP et de son thème me sont venus à l’époque où je me formais aux techniques d’accupression). L’EP a pris forme petit à petit : j’ai eu envie de le partager, une première fois à ma copine, puis à mon entourage. Leurs encouragements m’ont poussé à vouloir le diffuser plus largement. 

Quels sont les principaux intervenants ?

J’ai réalisé CV17 entièrement seul. Mais j’aimerai remercier tous ceux qui m’ont soutenu dans ce projet. 

Pourrais-tu nous décrire la pochette ?

J’aime la photographie : la photo de la pochette est un cliché que j’ai pris dans un parc à Bruxelles. Il m’a touché par le contraste existant entre la délicatesse des deux graines et le rugueux du chaton de bouleau.

CV17

Comment s’est déroulé l’enregistrement ?

L’enregistrement et le mixage ont été de véritables challenges car j’ai dû composer avec les moyens du bord, dans mon appartement à Bruxelles, entre les passages du tram et les moments de calme dans l’immeuble. 

Au niveau technique, pour ma voix, j’ai utilisé un simple AKG perception 220, avec un écran anti-bruit T-Bone. Pour le solo slide sur ma guitare Dobro, j’ai utilisé un enregistreur Tascam Dr 40, comme pour ma guitare acoustique Seagull en plus de sa sortie jack, ma bonne vielle carte son Fireface RME 800 et Logic sur mac.

Pourrais-tu nous raconter une anecdote ?

Surrender est partiellement inspiré par un livre sur la sexualité taoïste. Dans la seconde partie du morceau, j’ai cherché sur le web des séquences sonores de couples qui font l’amour : je les ai inversées, un peu manipulées et utilisées comment décor sonore. 

Quel est votre objectif avec ce nouvel album ?

Juste le partager.  😉

CV17