Dream Theater

Dream Theater

Voici mon classement des albums du géant du Metal Progressif par ordre de préférence. Ce classement est bien évidemment subjectif et n’est que le reflet de mes goûts.

Dream Theater
  • 16. Systematic Chaos

L’album que j’aime le moins et qui signe le début de l’ère « Roadrunner » après avoir quitté une major pour un label à taille humaine. Je trouve qu’il manque la magie et la poésie dont le groupe nous a habitué par le passé, l’inspiration étant certainement moins au rendez-vous. Malgré cela, certaines compositions sont excellentes et bien qu’en deçà des autres productions du groupe, « Systematic Chaos » est un bon album. Admirable

Dream Theater
  • 15. Train of Thought

Album plus orienté Metal que toutes les autres productions du groupe, le son des guitares est plus agressif et plus grave aussi. On retrouve les influences de Metallica, Pantera et Iron Maiden dans une moindre mesure. Cet opus ne m’a pas marqué malgré de bons titres et même si certains sont progressifs par leurs structures, le côté sombre n’est pas ce qui m’a le plus émerveillé dans leur discographie. Métallique 

Dream Theater
  • 14. When Dream and Day Unite

Premier album du groupe dans lequel on trouve déjà les ingrédients du génie des musiciens. Quelques titres de bravoure comme « A Fortune In Lies », « The Killing Hand » ou « Ytse Jam » mais malheureusement le chant de Charlie Dominici est, bien que proposant une belle prestation, peu original en comparaison du futur frontman qui allait être recruté quelques mois plus tard. Il n’en reste que cet album, aussi imparfait soit-il, a été le cheminement parfait pour se perfectionner et enchaîner sur l’opus suivant qui connaîtra le succès retentissant que l’on sait. Prodigieux

Dream Theater
  • 13. Distance Over Time

Album avec une production énorme comme le groupe nous a habitué depuis de nombreuses années. Un Metal Progressif moderne est distillé tout au long des titres pour répondre aux autres combos essayant de leur ravir la place de numéro 1 du style. Néanmoins, Dream Theater n’est jamais vraiment inquiété et remet les pendules à l’heure à coup de riffs saccadés, de duels de solos guitare/synthé, de breaks étonnants, de mesures impairs, de structures complexes et d’ambiances atmosphériques tranchants avec le son Metal de l’album. Tous les ingrédients sont là pour obtenir un album de haute volée malgré un manque de poésie, certainement du au côté froid des compositions. Malgré cela, cet opus reste un grand album que j’ai toujours plaisir à écouter. Fantastique

Dream Theater
  • 12. A Dramatic Turn of Events

Premier album de l’ère Post Mike Portnoy. Le groupe a décidé de taper fort et de déployer tout son arsenal musical pour un opus haut en couleur. Le pari est réussi tant par la production que par la diversité et la richesse des compositions. Les musiciens restent à leurs meilleurs niveaux et un semblant de poésie vient couronner le tout afin de démontrer au monde entier que le départ de Mike Portnoy n’était pas un événement si dramatique. Cathartique

Dream Theater
  • 11. A View From The Top of The World

Nouvelle offrande des patrons du Metal Progressif, ce disque avait sur le papier tout pour être une pièce maîtresse du groupe. Après plusieurs écoutes de ce brûlot et malgré la qualité des mélodies, les qualités techniques des musiciens toujours aussi élevées, un titre final épique de plus de 20 minutes grandiose et un style souvent imités et rarement égalés, il manque à cet album un petit supplément d’âme qui me laisse sur ma faim. On attend toujours beaucoup de ses groupes préférés, cet album ne déroge pas à la règle. Les fans seront conquis, tout comme je le suis, mais attendent de pied ferme la suite de cet album, car je reste convaincu que le groupe en a encore beaucoup sous le pied. Magistral

Dream Theater
  • 10. Octavarium

Octavarium est un album intéressant car il dévoile le groupe sous un jour plus commercial, cette fois-ci sans pression inutile de son label. Plus commercial, j’entends par là avec une dimension plus pop dans les structures et les thèmes, le groupe lorgne même vers des sonorités Néo-Metal, style en vogue au moment de l’enregistrement. Cependant, les fans retiendront surtout le titre éponyme, sublime pièce épique dont seul le groupe a le succès. Magique

Dream Theater
  • 9. Falling into Infinity

Album controversé dès l’enregistrement, sous pression de la maison de disque qui souhaitait que le groupe créé des succès radiophoniques, le groupe a failli se séparer entre John Petrucci qui souhaitait suivre le label et Mike Portnoy qui voyait d’un très mauvais œil qu’on lui impose certaines choses. Au final, le groupe aura gain de causes avec les albums suivants, retrouvant sa liberté artistique et renouant avec un Metal Progressif de haute volée. Cet album regorge quand même de plusieurs excellentes pistes et d’une belle production dans un registre plus Rock Progressif il est vrai. Mirifique

Dream Theater
  • 8. Six Degrees of Inner Turbulence

Premier double album du groupe, avec sur un premier disque regroupant cinq titres dont le fameux « Glass Prison » première brique de la fameuse « Alcoholics Anonymous Suite » qui sera décliné sur les albums suivants jusqu’au départ de Mike Portnoy et un deuxième disque avec le titre éponyme de plus de quarante minutes en huit parties. Le groupe est clairement toujours en grande forme même si musicalement, malgré des moments somptueux, je le trouve moins poétique que ses prédécesseurs, le style du combo s’orientant vers des sonorités plus Metal, qui se confirmeront dans l’opus suivant. Extraordinaire

Dream Theater
  • 7. Black Clouds and Silver Linings

Certainement le meilleur opus de cette première décade du 21ème siècle et le dernier avec Mike Portnoy. Un opus dans lequel le groupe renoue avec la poésie des débuts notamment avec le puissant et envoûtant « The Count of Tuscany », un de mes titres préférés du groupe. Divin 

Dream Theater
  • 6. Dream Theater

Redécouvert récemment et peut être injustement survolé par mes soins à l’époque de sa sortie, cet album est incroyable par plusieurs aspects. C’est le deuxième avec Mike Mangini et on sent que le groupe trouve enfin ses marques pour la composition des titres (Mike Portnoy prenait part à la composition de tous les titres, laissant John Petrucci seul aux manettes de au poste de producteur musical du groupe). De plus, les riffs et les ambiances se modernisent et poursuivent le mouvement enclenché par le disque précédent dans lequel le groupe montre qu’il est toujours hyper créatif, qu’il sait se renouveler, le titre « Illumination Theory » en étant la preuve absolue, le combo signant une des plus belles pièces épique de sa discographie. Revigorant 

Dream Theater
  • 5. Metropolis Part 2: Scenes from a Memory

Souvent considéré comme le meilleur album avec « Images & Words », il ne m’a malheureusement pas autant marqué que ceux que vous lirez par la suite. Et pourtant, c’est bien une suite incroyable à la pièce magistrale « Metropolis part 1 : The Miracle & The Slipper » inclus dans le deuxième album du groupe et qui inaugure la collaboration avec Jordan Rudess en remplacement de Derek Sherinian, toujours fidèle au poste plus de 20 ans après. Cet album est un concept avec une narration dramatique en toile de fond et dans lequel les musiciens déploient une virtuosité et une créativité repoussant les limites du genre progressif et qui aura marqué toute une génération de fans. Merveilleux

Dream Theater
  • 4. The Astonishing

Pour moi le chef d’œuvre de la période post-Mike Portnoy, ce double album conceptuel en forme d’opéra-rock au scénario futuriste montre le groupe sous sa facette la plus créative. Plus de deux heures de musique et 34 scènes qui s’enchaînent en un déluge de mélodies et d’inventivité musicale pour ne faire qu’une unité et servir la dystopie écrite par John Petrucci. Majestueux 

Dream Theater
  • 3. A Change of Seasons

Bien que souvent considéré comme un EP avec une durée de 25 minutes pour le titre éponyme et complété par des reprises de différents groupes enregistrés live lors d’un concert londonien, cet album a forcément toute sa place dans ce classement. L’unique titre est un tel chef d’œuvre, peut être même le morceau que je trouve le plus créatif du groupe, l’apogée de ces années-là en quelque sorte. Le groupe sublime les changements de saisons avec une poésie qu’ils auront rarement égalé et que d’ailleurs peu de groupes du genre atteignent. Côté changement de personnel, Kevin Moore est remplacé par un Derek Sherinian déchaîné qui vient ici poursuivre le travail de son prédécesseur, le morceau étant une composition qui était initialement prévue pour « Images & Words » mais retirée de l’album a cause de la maison de disque. Poétique 

Dream Theater
  • 2. Awake

C’est un Dream Theater galvanisé par le succès de l’album « Images & Words » et leur nouveau statut qui enregistre « Awake » avec cette fois-ci un son de batterie a la hauteur du talent de Mike Portnoy. Le groupe repousse encore les limites du genre avec des brûlots encore au répertoire scénique du groupe et avec une imagination débordante. Les couleurs qu’apportent chacun des membres aux compositions et notamment les sons du claviériste Kevin Moore sont pour beaucoup dans le succès commercial et artistique de l’album. Génial 

Chronique Le Meilleur

Dream Theater
  • 1. Images and Words

A l’heure de l’explosion du Metal et du Grunge dans le monde début des années 90, aux antipodes du hard et rock glam des 80’s, Dream Theater réussit l’exploit de vendre plus d’un million d’albums de cette offrande génialissime. Les compositions sont extraordinaires, techniques, mélodiques et poétiques, malgré un son de caisse claire au son peu naturel. Avec ce disque, Dream Theater rentre dans la cour des grands et réussit même à donner au Metal Progressif ses lettres de noblesses. Anthologique