Iron Maiden

Iron Maiden

Voici le classement des albums studio d’Iron Maiden dans l’ordre de mes préférences, il s’agit bien évidemment d’une classification subjective. Retour sur la riche et passionnante discographie du géant du Heavy-Metal qui compte plus de 45 ans de carrière.

Iron Maiden

17. Steve Harris souhaitait que Iron Maiden prenne un tournant plus rock et moins progressif, Smith a quitté le groupe, cet album peine à convaincre les fans en ce début des années 90 malgré de bons titres comme “Tailgunner” ou “Mother Russia”.

Iron Maiden


16. Soyons clair, ce deuxième album de Maiden est un classique sauf que je n’ai jamais accroché à la voix punk de Paul Di Anno. L’album s’ouvre sur “Ides of March”, une instrumentale qui annonce les beaux jours de Maiden. La suite enchaîne sur de très bons titres comme “Prodigal Son”, on sent que les deux guitaristes commencent à mettre en place leurs formules gagnantes mais il manque le jeu groovy de Nicko Mcbrain et le chant de Dickinson…

Iron Maiden


15. Contrairement à la majorité des fans, j’aime beaucoup Blaze Bailey, le malheureux remplaçant de Bruce Dickinson, je dis malheureux car malgré une voix très singulière avec un grain fort, il n’arrivera pas à s’imposer. En revanche, l’album recèle de très bon titres comme “Futureal” ou “The Clansman”.

Iron Maiden


14. Comme pour “Killers”, la voix ne me plaît guère mais cet album est légendaire pour plusieurs raisons. Premièrement, c’est le premier opus de Maiden. Deuxièmement, il a révolutionné le Metal. Troisièmement, il regorge de nombreux standards régulièrement joués par le groupe comme le titre éponyme ou “Running Free”, mais également de pépites comme “Phantom of the Opera”, “Prowler” ou encore “Transylvania”.

Iron Maiden


13. “Dance of Death” succède à “Brave New World” qui avait vu le retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith. D’une qualité légèrement moindre que son prédécesseur, il recèle de merveilleuses chansons comme les épiques “Paschendale” ou “Dance Of Death” mais aussi “Rainmaker”, “Journeyman” ou “No More Lies”.

Iron Maiden


12. “The Final Frontier” confirme que Maiden renoue de plus en plus avec le Progressif comme l’indique l’allongement de la durée moyenne des titres. Cet album nous propose un merveilleux voyage avec dix excellents brûlots comme “The Talisman” et “When the Wild Wind Blows”. Un album convaincant.

Iron Maiden


11. “The Book of Souls” continue dans la même veine que “The Final Frontier” et enfonce même le clou avec un format double album et le plus long morceau de Maiden “Empire of the Clouds” composé par Dickinson prouvant une fois de plus que la formation est une somme de talents et non le groupe de Steve Harris. D’autres excellents titres viennent compléter la collection de standards du groupe avec “The Red and the Black” ou “The Great Unknow”.

Iron Maiden


10. “Senjutsu”, le tout récent album du groupe nous emmène sur les territoires des samouraïs et prouve que le groupe ne s’est jamais aussi bien porté, revenant même à l’apogée que beaucoup de fans espéraient. Ce nouveau double album recèle de pépites extraordinaires, entre les titres Rock écrits par la paire Smith/Dickinson et les épics du sieur Harris, chaque fan trouvera son compte. Maiden montre une nouvelle fois qu’il s’agit du plus grand groupe de Heavy Metal de tous les temps, pas uniquement en termes de ventes d’albums, mais aussi en termes de régularité. Dans la déjà longue histoire du Rock, peu de groupes peuvent se targuer d’avoir 45 ans de carrières au sommet, en studio comme en live.

Iron Maiden


09. J’entends déjà des fans se dirent “mais que fait X Factor dans le top 10 des albums de Maiden ?”. Effectivement, je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais de Blaze Bailey et ce dixième album possède une atmosphère bien particulière et d’excellents titres qui font que la magie opère toujours, en tout cas chez moi. “The Sign of the Cross” ou “Man on the Edge” sont autant de morceaux de bravoure magnifiquement interprétés par un chanteur qui ne démérite pas de reprendre le flambeau d’un Bruce Dickinson autant adulé par les fans du groupe.

Iron Maiden


08. “A Matter of Life and Death” est un album très réussi dont les thèmes récurrents sont assez sombres traitant de religion ou de guerre. De superbes morceaux s’enchainent comme “Different World”, “The Reincarnation of Benjamin Breeg” ou “For the Greater Good of God”. Le groupe est à son meilleur niveau.

Iron Maiden


07. L’album de la résurrection commerciale du groupe et du retour de la formation de l’apogée (tout en conservant Janick Gers pour un jeu à trois guitares). Après plus d’une décennie d’albums produits par Martin Birch et les deux albums précédents par Nigel Green, les manettes sont confiées à Kevin Shirley, connu pour avoir produit Rush, Dream Theater, Joe Satriani ou Aerosmith. Le retour de Bruce Dickinson et d’Adrian Smith associé à des compositions percutantes et à une production moderne relancent le destin du groupe pour le plus grand plaisir des fans.

Iron Maiden


06. Nous rentrons dans le top 6 du groupe avec bon nombre de “classics albums” à l’image de ce “Somewhere in Time” futuriste à la production si “eighties”. Le groupe croise le fer avec “Blade Runner” et enchaine les tubes comme “Wasted Years”, “Heaven Can Wait” et croise même Alexandre le Grand dans le superbe épic “Alexander the Great”.

Iron Maiden


05. “Fear of the Dark” est généralement moins bien placé dans les nombreux classements que j’ai consulté avant d’écrire cet article. Pour moi, il a une saveur particulière car j’ai découvert Iron Maiden en 1993, juste après la sortie de ce disque, qui m’a largement accompagné tout au long de mon adolescence, en m’ouvrant les portes de leur discographie. Cet album dévoile de nombreux “tubes” comme le titre éponyme ou “Afraid to Shoot Strangers” composés par l’infatigable leader du groupe Steve Harris ou encore d’excellentes chansons comme “Judas be my Guide” ou “Childhood’s End” qui sont parmi mes préférées.

Iron Maiden


04. Le classique des classiques, “The Number of the Beast” est certainement l’album qu’il faudrait conseiller à tout novice voulant découvrir la Vierge de Fer. Tout y est, les grands standards du groupe comme “Hallowed be thy Name”, “The Prisoner”, “Run to the Hills” ou encore le titre éponyme. A mon sens, il ne manque que Nicko McBrain pour que la fête eut été encore plus folle.

Iron Maiden


03. “Piece of Mind” est le second album que j’ai découvert après “Fear of the Dark”. Tout y est, son atmosphère médiévale, la cavalcade de “The Trooper”, de grands titres mélodiques comme “Flight of Icarus” ou “Still Life” ou encore l’épique “To Tame a Land”.

Iron Maiden


02. “Powerslave” et sa pochette mythique montre un Maiden au top de sa forme qui enchaîne un album par an et des tournées mondiales de plus en plus longues. La bande de Steve Harris continue de battre le fer tant qu’il est encore chaud pour créer du grand Heavy-Metal. “Aces High” et “2 Minutes to Midnight” deviennent des classiques du groupe tout comme “Rime of the Ancient Mariner” et le titre éponyme et ouvrent la voie à un Iron Maiden plus progressif qui sera un des éléments de son si grand succès.

Iron Maiden


01. Le “Septième Fils du Septième Fils” est pour moi leur meilleur album, aussi le plus progressif. Que des classiques du début à la fin, de “Moonchild” à “Only the Good Die Young” en passant par “The Evil that Men do” ou “Infinite Dreams” le groupe enchaîne les grandes mélodies, les grands solos, les grandes cavalcades, les grandes envolées vocales et rendent une magnifique synthèse de leur style unique. J’avais découvert la plupart des titres avec le live “Maiden England”! Le meilleur album et l’apogée du groupe (voir la chronique Le Meilleur)