Jimi Hendrix – Electric Ladyland

(Rock – paru le 16 Octobre 1968)

Date de conception

Juillet 1967, Janvier 1968, Avril-Aout 1968

Lieu de conception

Olympic Studios (Londres) et Record Plant Studios (New York)

Circonstance de la conception

Troisième et dernier enregistrement du groupe Jimi Hendrix Experience et plus grand succès commercial de sa discographie. En dépit d’une session chaotique et d’une ambiance délétère avec ses musiciens, il reste un chef d’oeuvre incontournable du guitariste légendaire.

Les concepteurs :

The Jimi Hendrix Experience

  • Jimi Hendrix : guitare, chant, basse, claviers, kazoo, percussions
  • Mitch Mitchell : batterie, percussions
  • Noel Redding : basse, chant et guitare acoustique sur « Little Miss Strange »

Autres musiciens

  • Jack Casady : basse sur « Voodoo Chile »
  • Steve Winwood : orgue Hammond sur « Voodoo Chile »
  • Al Kooper : piano sur « Long Hot Summer Night »
  • The Sweet Inspirations : chœurs sur « Burning of the Midnight Lamp »
  • Mike Finnigan : orgue Hammond sur « Rainy Day, Dream Away » et « Still Raining, Still Dreaming »
  • Buddy Miles : batterie sur « Rainy Day, Dream Away » et « Still Raining, Still Dreaming »
  • Larry Faucette : congas sur « Rainy Day, Dream Away » et « Still Raining, Still Dreaming »
  • Fred Smith : saxophone ténor sur « Rainy Day, Dream Away »
  • Chris Wood : flûte sur « 1983… A Merman I Should Turn to Be »
  • Dave Mason : guitare acoustique sur « All Along The Watchtower », chœurs sur « Crosstown Traffic »

Production

  • Jimi Hendrix : producteur, arrangements et mixage
  • Gary Kellgren, Glen Kolotkin, Eddie Kramer : ingénieurs du son
  • Ed Thrasher, Vartan : direction artistique
  • David King, Rob O’Connor, Karl Ferris : design

Les influences

Albert King, B.B King, Muddy Waters, Wes Montgomery…

Événement marquant

le perfectionnisme légendaire de Jimi Hendrix poussa les musiciens à enregistrer un maximum de prises live des chansons, parfois jusqu’à cinquante fois comme le morceau « Gypsy Eyes ».

Anecdotes

Les divergences musicales avec le bassiste Noel Redding obligèrent le guitariste à s’emparer de la basse sur certains morceaux.

De plus,  il a été réalisé dans une ambiance chaotique, le guitariste invitant un maximum d’amis dans le studio, rendant difficile la concentration de l’équipe technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.