Le format « Open Source » pour les oeuvres musicales ?

Le format « Open Source » pour les oeuvres musicales ?

Il est une voie intéressante pour favoriser les collaborations entre artistes et se faire connaître par ce biais là, aux différents acteurs de la musique de trouver un système permettant une rémunération équitable avec les « sources ouvertes ».

Après avoir chroniqué le nouvel album de Kiko Loureiro, baptisé « Open Source » à l’image des logiciels dont le code est libre d’accès et modifiable au profit de la communauté, le guitariste brésilien a eu la bonne idée d’importer ce concept sur son nouvel opus. L’idée étant de faire profiter, à ses admirateurs et aux musiciens en général, des pistes de l’album pour que chacun puisse emprunter telle ou telle partie pour de nouvelles créations, jouer par dessus l’accompagnement pour improviser de nouveaux thèmes ou même encore remixer l’album. Certes, le concept existait déjà avec les licences Creative Commons pour certaines oeuvres, c’est à ma connaissance un des premiers artistes connus à développer cela. Alors, concept dans l’ère du temps ou véritable changement de statut de l’oeuvre musicale ? Je reste partagé car la philosophie de l’open source me plaît beaucoup mais elle me semble encore un pas de plus vers la démonétisation d’une oeuvre musicale et je ne pense pas que les compositeurs seront prêts à abandonner leurs droits d’auteurs, ces derniers étant déjà bien amoindrit à cause d’accords négligés entre les sociétés de droits d’auteurs et les plateformes de streaming. En revanche, il est une voie intéressante pour favoriser les collaborations entre artistes et se faire connaître par ce biais là, aux différents acteurs de la musique de trouver un système permettant une rémunération équitable avec les « sources ouvertes ».