Œuvres physiques ou œuvres virtuelles ?

Depuis la démocratisation d’internet et l’apparition du controversé format Mp3, le débat entre la dématérialisation de la musique et la résistance des supports comme le CD et la résurrection du vinyle continue de faire rage parmi les mélomanes.

Si la musique au format virtuel peut s’avérer très pratique et moins volumineuse que les supports physiques, il n’en demeure pas moins qu’il lui manque quelque chose, l’objet n’est pas qu’un fantasme du consommateur, il est dans le cas d’un mélomane, le talisman qui ouvre le chemin de l’oeuvre.

Je ne parle pas de technique (aujourd’hui la différence entre un CD et un Mp3 encodé en 320 kbps est quasi-inaudible, même sur un très bon matériel hi-fi) mais de l’existence entière de l’oeuvre et des émotions qu’elle procure.

La musique étant déjà immatérielle, l’écouter sur un support virtuel ne lui donne pas l’importance qu’elle est en droit d’avoir. Personne ne s’arrête devant « la Joconde » projeté sur un grand écran, en revanche devant le tableau original, certains sont prêts à traverser la planète pour ressentir ce chef d’oeuvre de la peinture. Il en est de même pour la musique, la dématérialisation a apporté un confort certain à la plupart des mélomanes au détriment de certaines émotions.

Soyons clair, nous pouvons ressentir de l’émotion à l’écoute d’une musique sur support virtuel, mais quid du cérémoniel de l’écoute ?

Un disque permet une lecture complète de l’oeuvre là ou le numérique propose de zapper constamment (les fameuses play-lists), quid de la découverte ?

Quand votre ordinateur vous recommande facilement ce qui pourrait vous intéresser ? Et l’émotion de la lecture du livret ?

De l’admiration de la pochette (encore plus vrai pour les passionnés du vinyle) ?

Il ne s’agit pas de dénoncer fièrement que c’était mieux avant internet, mais plutôt de reconnaître que le compromis des deux mondes est intéressant, le virtuel pour le côté pratique et l’accès total à toutes les musiques, le support physique pour les émotions mentionnées plus haut. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *