Olivier Messiaen

Olivier Messiaen

(10 décembre 2008 – 27 avril 1992)

La musique d’Olivier Messiaen a été pour moi un véritable choc esthétique et un coup de foudre. Coup de foudre envers l’oeuvre mais aussi envers l’homme et le musicien pour lequel j’ai un profond respect.

Car au-delà de l’oeuvre, on découvre parfois des personnalités controversées voir détestables parmi les génies. Alors bien sûr, je n’ai pas connu personnellement le compositeur du « Quatuor pour la Fin du Temps » mais l’étude poussée de son oeuvre et de sa biographie m’ont fait découvrir un créateur sans concessions aux choix artistiques audacieux, souvent dictés par sa piété, dont la vie fut remplie de travail, d’une pédagogie reconnue parmi ses élèves célèbres, de passions (pour les oiseaux notamment) et d’une spiritualité de premier plan.

Reconnu parmi ses pairs, au delà de nos frontières et dont l’oeuvre est passée facilement à la postérité de part son apport important à l’histoire de la musique du 20ème siècle, le compositeur possédait son propre langage musical. Du chant des oiseaux retranscrit dans ses oeuvres aux rythmes hindous transformés par ses soins en passant par les modes à transposition limitée qui inspireront toute une génération d’improvisateurs et de jazzmen modernes, Messiaen n’a cessé de bousculer les codes de la musique. Pour définir sa musique, rien ne vaut cette citation du maître dans lequel il affirme également sa synesthésie :

La musique est un perpétuel dialogue entre l’espace et le temps, entre le son et la couleur, dialogue qui aboutit à une unification : le temps est un espace, le son est une couleur, l’espace est un complexe de temps superposés, les complexes de sons existent simultanément comme complexes de couleurs. Le musicien qui pense, voit, entend, parle au moyen de ces notions fondamentales, peut dans une certaine mesure s’approcher de l’au-delà.

Olivier Messiaen

Influences :

Wolfgang Amadeus Mozart, Christoph Willibald Gluck, Hector Berlioz, Claude Debussy, Richard Wagner, Paul Dukas

Héritiers :

Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen, Pierre Henry, Míkis Theodorákis, Iannis Xenakis…

Oeuvres de référence : 

Quatuor pour la Fin du Temps, Des Canyons aux Etoiles, Turangalîla-Symphonie, Saint François d’Assise, Catalogue d’Oiseaux