Pink Floyd – The Dark Side of the Moon

pochette Pink Floyd the dark side of the moon

(Rock – paru le 1er Mars 1973)

Date de conception :

Juin 1972 – Janvier 1973

Lieu de conception :

les studios Abbey Road, Londres

Circonstance de la conception :

Après la sortie de l’album « Meddle », le groupe souhaitait écrire sur l’idée de la folie et que ce nouvel album soit joué sur scène avant sa sortie en intégralité.

Les concepteurs : 

Le groupe

Richard Wright – claviers

David Gilmour – guitares

Roger Waters – basse, chant,

Nick Mason – batterie

Musiciens additionnels

Dick Parry – saxophone ténor (sur Money et Us and Them)

Clare Torry – chant (sur The Great Gig in the Sky)

Leslie Duncan – chœurs

Barry St. John – chœurs

Liza Strike – chœurs

Doris Troy – chœurs

Production

Pink Floyd – producteurs

Alan Parsons – ingénieur du son

Peter James – ingénieur du son

Chris Thomas – mixage

Hipgnosis – design de la pochette originale

Les influences :

Miles Davis avec l’album « Kind of Blue » est une influence majeure du groupe à ce moment là et surtout pour Richard Wright qui expliquera avoir été très inspiré par le titre « All blues » pour la suite d’accords de « Breathe ».

Événement marquant : 

L’explosion des ventes d’albums du groupe. « The Dark Side of the Moon » reste malgré tout un ovni parmi les classiques. Comment du rock expérimental, certes calibré FM avec un titre comme « Money », peut devenir le troisième album vendu de tous les temps ? Le génie des musiciens, la performance technique et la fascination du public audiophile pour ce groupe hors norme est certainement ce qui l’a rendu si populaire.

Anecdotes : 

L’album aurait dû s’appeler « Eclipse » à cause du nom « Dark Side of the Moon » de l’album du groupe anglais Medicine Head sorti en 1972. Les musiciens avaient pensé à ce titre d’album bien avant la sortie de cet album homonyme. L’album de Medicine Head eut peu de succès et le groupe retenu finalement ce titre, plus proche de leur aspiration originale.

La pochette d’album a failli être à l’effigie du surfer d’argent de Marvel avant que le studio Hipgnosis ne réalise la fameuse pochette.

La chanteuse Clare Torry, que l’on entend sur « The Great Gig in the Sky » s’excusa pour la grandiloquence de sa prestation improvisée alors que le groupe restait abasourdi par sa performance. Plus tard, elle fit un procès au groupe afin d’être créditée comme compositrice à part entière. La haute cour de justice anglaise lui donna raison.

De nombreuses voix parlées égrainent le long de l’album dont la conception a été faite de manière drôle et originale. Des cartes étaient disposées à l’entrée du studio avec des questions sur les goûts personnels, sur la vie, la folie, la mort etc. Chaque personne qui entrait à Abbey Road devait y répondre et les phrases finissait sur l’album. Paul McCartney et sa femme Linda se prêtèrent au jeu mais les phrases ne furent pas retenus sur l’enregistrement final. En revanche, si vous écoutez attentivement le morceau « Eclipse », vous y entendrez un sample d’un titre des Beatles filtré.

Si vous synchronisez l’image du film « Le magicien d’Oz » et l’album « The Dark Side of the Moon », vous constaterez une correspondance stupéfiante mais fortuite, qui a toujours été niée par les membres du groupe.

Les recettes de l’album ont financé une partie du film « Monty Python and the Holy Grail ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.