The Beatles – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band

(EMI – Pop – paru le 1er Juin 1967)

Date de conception :

De Décembre 1966 à Avril 1967 (129 jours)

Lieu de conception :

Studios Abbey Road, Londres, Royaume-Uni

Circonstance de la conception :

En pleine Beatlemania, les 4 musiciens décident de se retirer de la scène à cause de l’évidente différence entre ce qu’ils souhaitent proposer au public et ce que ce dernier perçoit dans des concerts avec les hurlements qui couvrent la sonorisation dont les techniques sont encore balbutiantes. Le nom de l’album est lié à la tendance américaine de donner des noms « à rallonge » aux groupes. Sur une idée de Paul McCartney, les musiciens décident de former un groupe fictif qui aurait un nom très long et partirait en tournée à leur place. 

Les concepteurs :

John Lennon : guitares acoustique et électrique, orgue, piano, percussions, chant, effets sonores

Paul McCartney : guitare basse, guitare acoustique, guitare électrique, piano, orgue, percussions, chant, effets sonores

George Harrison : guitares acoustique et électrique, sitar, tamboura, harmonica, percussions, chant

Ringo Starr : batterie, percussions, piano, harmonica, chant

George Martin : réalisation, clavecin, orgue, piano, harmonium

Mal Evans : piano, harmonica, harmonium, percussions, chant

Neil Aspinall : harmonica, tamboura

Asian Music Circle : Quatre musiciens jouant du tabla, du dilruba, du swordmandel et des percussions indiennes

L’Orchestre symphonique de Londres

Jann Haworth : Illustration

Peter Blake : Illustration

Gene Mahon : Montage illustration

Les influences :

Lors du séjour des Beatles à Toronto, le 17 août 1966, le policier responsable de leur sécurité était le sergent Randall Pepper. Information qui n’a jamais été officialisé mais qui laisse penser que ce dernier a influencé le choix du nom de l’album. Musicalement, l’album se veut une suite de chansons au son pop et rock et aux arrangements éclectiques avec l’influence de la musique classique (ce qui influencera la grande majorité des artistes pop pour des décennies) et de la musique indienne.

Événements marquants :

C’est sur le plan technologique que l’album va être marquant pour l’industrie phonographique. La création du bouton « Vari Speed » permettant de faire varier la vitesse de défilement des bandes par les ingénieurs du son est une véritable innovation. On doit également à cet album l’invention de la boite de direct appelé DI, la synchronisation entre deux magnétophones 4 pistes et la technique du bouncing qui permet de transférer le mix de 4 pistes sur une seule piste pour libérer de la place sur les pistes. D’autres expérimentations s’entendent sur l’album comme l’utilisation de la wah-wah, de fuzz et de cabine Leslie pour modifier le son des voix.

Une autre innovation chamboulera les habitudes de l’industrie du disque : L’album est le premier à proposer les paroles des chansons au dos de la couverture du disque. 

Anecdote :

L’illustration nécessiterait à elle seule un article tant sa création se veut géniale et controversée. Je vais plutôt m’attarder sur les personnalités initialement prévue sur la pochette mais retirées au montage final.

Les trois personnages que John Lennon avait souhaité faire apparaître sont Jésus-Christ (retiré après sa phrase controversé à son sujet), Gandhi (présent dans la photo originale mais effacé à la demande d’EMI pour ne pas choquer la communauté indienne) et Adolf Hitler (son effigie avait été produite mais rapidement retirée à la demande des personnes présentes lors de la séance photo)