The Dawn Razor – Renaissances

(Metal – paru le 09 Mars 2018)

Sylvain Spanu conduit de main de maître sa symphonie malfaisante avec un premier album d’une qualité cinglante…

Voici une découverte aussi brutale qu’inattendue avec le premier album d’un projet extrêmement bien ficelé. Né des cendres de Blackout en 2017, The Dawn Razor a été fondé par le guitariste-chanteur parisien Sylvain Spanu afin de montrer à la face du monde tout le talent qui l’anime depuis plusieurs années.

En 10 titres, le metal à tendance black-death s’identifiant au mouvement « Sublime » balaie tout sur son passage. Avec au menu, si vous prenez la peine de monter le volume de votre système hi-fi au niveau permettant à vos voisins de déposer plainte contre vous : guitares rythmiques assassines, solos assaillants les esgourdes , batterie « panzer » martelant avec une précision chirurgicale accompagnée par une basse arrachant les viscères de votre colonne vertébrale dès les premières secondes du disque. Le chant, quant à lui, n’est pas en reste, aussi sombre que puissant, alternant vocaux clairs hurlés et growls majestueux, chantés en anglais sauf deux titres en allemand et en russe démontrant la plurivalence de la personnalité de notre homme.

Côté texte, les sujets tournent autour de la mort et des renaissances qui l’accompagnent comme l’évocation du tremblement de terre qui coûta la vie à 60 000 portugais en 1755 sur le bien nommé « Lisboa 1755 » mais aussi d’un monde futuriste ou encore d’un volcan islandais « Hekla Mountain ». La production sonore très détaillée et parfaitement calibrée pour le style rivalise largement avec les ténors américains et scandinaves du genre.

En véritable homme-orchestre, Sylvain Spanu conduit de main de maître sa symphonie malfaisante avec un premier album d’une qualité cinglante et vient marcher sur les pas du regretté Alexis Laiho du groupe Children of Bodom dont la disparition soudaine a assombri ce début d’année.

Facebook Bandcamp