The Odd Gallant

Rencontre avec Guillaume Cazenave, le leader de « The Odd Gallant » qui vient de sortir un nouvel EP intitulé « Music for the Novel », et qui nous a ouvert son âme pour nous parler de ses croyances.

Crois-tu en Dieu ?

En toute franchise, je ne sais pas répondre à cette question. Est-ce que je crois en Dieu ? Je ne sais pas. J’aime penser que les Sciences, paradoxalement, pourraient presque justifier l’existence de Dieu tant les lois physiques confèrent à l’émerveillement. L’étude et la compréhension de l’infiniment petit, ainsi que de l’infiniment grand, suggèrent l’existence d’une réalité qui va au-delà de la raison, et au-delà de tout déterminisme. Peut-être est-ce-là une manière de croire en une présence divine. Néanmoins, je crois que l’homme n’a pas la capacité de comprendre ni de prouver l’existence de Dieu. Ou disons, c’est encore trop tôt…  De façon plus triviale, dans mon quotidien, je me satisfais d’être agnostique. Peut-être est-ce une erreur… mais je ne m’en préoccupe pas. Je constate avec peine que dans la société occidentale actuelle, en 2020,  l’intérêt pour le spirituel et la métaphysique ne peut pas rivaliser avec l’attrait des réseaux sociaux, ni même tout simplement avec nos emplois du temps surchargés.

Crois-tu aux esprits ?

Disons que je n’en ai jamais perçu et que pour cette raison, je ne me résous pas à y croire. La différence avec la question précédente, celle de Dieu, c’est que croire aux esprits est une manière de se rassurer à propos de ce qui pourrait succéder à la mort. Si les esprits existent alors on pourrait conclure que la mort n’est donc pas forcément la fin. Ça a quelque chose de rassurant finalement. La conscience survivrait à la disparition du corps. Alors que croire en Dieu, comme je l’évoquais, ça peut surtout vouloir dire que l’on reconnaît l’existence d’un principe créateur suprême… Mais cela ne donne pas de précision quant au devenir d’un individu une fois qu’il est décédé. Là encore, c’est une question pour laquelle je n’ai pas de réponse. Je ne sais pas si je crois aux esprits. Je ne me pose plus la question. Comme je le disais, je n’ai jamais perçu d’esprits, ou de phénomènes paranormaux, et je n’essaie pas d’en percevoir. Cela dit, je reconnais porter du crédit aux témoignages de gens qui m’ont raconté avoir vécu des expériences surnaturelles dans la mesure où ces gens sont de confiance et que je les juge « rationnels ». Pour autant, je me souviens avoir lu ces arguments-là : est-ce qu’une taupe a conscience de ce qui se passe dans le jardin quand elle sort à la surface ? Ou bien : est-ce que l’on arrive à distinguer la poussière qui nous entoure si elle n’est pas correctement éclairée ? C’est peut-être une question d’équipement en fin de compte : nous sommes sans doute mal équipé pour capter correctement les esprits, ou Dieu… Ah ah.

Crois-tu aux extra-terrestres ?

Chronique Musicale Official One - The Old Gallant

Oui, tout à fait. En tous cas je crois en la vie extra-terrestre. Il y a cette théorie qui explique que l’immensité de l’Univers est telle que cela implique forcément le développements de formes de vie extra-terrestre, peut-être même des formes de vie proches de la nôtre.. Statistiquement, en prenant en compte la multitude de galaxies dans l’Univers, on peut considérer que les facteurs ayant permis de créer la vie sur Terre se sont reproduits ailleurs. Donc oui, je crois aux extra-terrestres. Même s’ils sont très loin de nous, sans doute trop loin.

Crois-tu à la réincarnation ?

J’ai lu le livre des Morts Tibétains et, ce faisant, j’avais tendance à vouloir y croire. Mais j’ai du mal à me persuader que l’on ait conscience, individuellement, de nos vies antérieures. Là encore, on n’a peut-être pas encore réussi à atteindre ce stade de développement personnel qui permettrait de consulter des informations à notre portée mais qui nous demeurent inaccessibles à ce jour (si ce n’est de façon subconsciente peut-être).  Il y a un cycle de la vie, oui, mais est-ce qu’il y a une continuité consciente ? J’imagine que la question est là… Du coup, je m’interroge : peut-on croire aux esprits et dans le même temps à la réincarnation ? Et Dieu alors ? Sans plaisanter, j’aime bien l’idée que nous bénéficions d’aptitudes, de talents, de comportements innés dont les origines se situent au-delà de notre ascendance et de notre patrimoine génétique…. Cette interview, en tous cas, me fait penser que tous ces concepts abstraits, que l’on ne peut donc prouver (Dieu, les esprits, la réincarnation, etc), ont cet avantage de pouvoir engendrer de grandes œuvres artistiques, de fiction en particulier. D’autre part on peut ou pas se réjouir du fait  que ces questions nous guident et nous perdent en tant qu’individus et en tant que civilisations aussi.

Crois-tu en les hommes politiques ?

Je ne veux pas faire de généralité… Je pense que je crois aux hommes politiques lorsqu’ils n’ont pas de pouvoir. Je crois aussi que les systèmes en place viennent à bout des convictions les plus sincères, malheureusement. Quoi qu’il en soit, cela fait quelques années que je ne vote plus, ou qu’au mieux je vote blanc… ce qui est révélateur.

Crois-tu en l’être humain ?

S’il ne fait pas de politique, oui… ah ah… En vérité, je suis plutôt d’une nature optimiste et je crois en la majorité des êtres humains. Mais il me semble que la problématique soulevée par cette question, c’est celle de l’éducation. Je crois en la nécessité d’une éducation qui incite à la vie en société, à la connaissance partagée, à la transmission du savoir… Sans ça, c’est difficile d’avoir foi en l’être humain, je crois. Je peux juste concéder que l’être humain porte en lui un potentiel aussi beau que fragile.

Crois-tu en toi ?

J’essaie de m’améliorer en tant qu’individu. Cela ne veut pas dire que j’y parviens toujours… mais cela veut dire, je pense, que je crois en mes aptitudes, donc en moi. 🙂 Cependant, en vieillissant, il me semble qu’on réduit ce champs d’amélioration en ne s’intéressant qu’aux domaines qui nous ont construits. Ce n’est pas facile de rester curieux. Si je réfléchis à cette question en me focalisant sur la musique que je produis, alors je peux dire que je crois en moi de façon « temporaire » mais répétée. Je m’explique : quand je commence un projet d’album, je crois en ma capacité à « proposer quelque chose de neuf et d’intéressant » et cette sensation dure à peu près jusqu’à la sortie du disque, et plus précisément jusqu’à l’entame du projet suivant. Ensuite, une fois fini, je m’arrête surtout sur les « défauts » qui me semblent les plus évidents, et les plus gênants, et je me demande comment j’ai pu valider ça et comment je n’ai pas pu faire mieux… du coup, je recommence, et le cycle se poursuit. Est-ce que ça répond à la question ?

Crois-tu en l’Amour ?

Je me dis que lorsqu’on croit en l’être humain, comme je l’ai exprimé plus tôt,  alors on est sensible et ouvert à la notion d’Amour. J’ai toujours pensé que l’Amour était une sensation de « moment », c’est-à-dire qu’un individu va pouvoir la ressentir pour une durée limitée, je veux dire à son niveau maximal hein, et ce qui suit ça, ce n’est plus vraiment de l’Amour mais une addiction au plaisir ou au choc initial ; c’est valable pour tout, la musique, la nourriture, une personne bien entendu, et tant d’autres choses. Et ça ne signifie pas que c’est moins honorable, au contraire… Pour terminer, je te remercie beaucoup pour ces questions. J’espère avoir été clair dans mes propos même si, en y repensant, ma position sur ces sujets n’est pas arrêtée et donc pas forcément claire pour moi. Merci. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *