Turandot

Turandot

Opéra en trois actes et cinq tableaux

Compositeur :

Giacomo Puccini

Livret :

Giuseppe Adami et Renato Simoni

Création :

le 25 avril 1926 à la Scala de Milan

Argument :

Dans la Chine du moyen-âge, un mandarin annonce que la princesse Turandot épousera l’homme qui parviendra à résoudre trois énigmes tout en réservant un funeste sort à tous les prétendants qui auront échoués en leur faisant payer le prix de son désir par la décapitation.

Enregistrement :

Il s’agit de mon opéra préféré et du chef d’oeuvre de Puccini. L’atmosphère orientale, la modernité du langage harmonique utilisé par le compositeur ainsi que l’écriture des choeurs me transportent. Les thèmes, dont le fameux « Nessun Dorma » qui me bouleverse à chaque écoute encore plus quand c’est Pavarotti dans le rôle de Calaf, sont de véritables pépites mélodiques. Certes, l’opéra a été inachevé et la dernière scène a été complétée par Franco Alfano et depuis 2002 par Luciano Berio dans une nouvelle version. Cet opéra aura été chanté et dirigé par les plus grands chanteurs, chefs d’orchestre et metteur en scène et aura été au centre de super productions comme Carmen, à l’instar de la version de 1998 jouée en Chine dans la Cité Interdite à Pékin et dirigée par Zubin Mehta et une multitude de figurants.

Version préférée :

La version de 1972 dirigée par Zubin Mehta (encore lui) avec Luciano Pavarotti, Joan Sutherland, Placido Domingo, Montserrat Caballé et l’orchestre philharmonique de Londres parue chez Decca.