Valentin Becmann

Valentin Becmann

Entrevue avec un artiste singulier qui nous ouvre les portes de ses rêves et de ses aspirations artistiques :

Quel artiste aurais-tu aimé rencontrer  ? 

– Sun Ra ou Zappa, même si pour avoir fréquenté le monde de la musique contemporaine pendant des années, j’aurais sûrement apprécié discuter avec le compositeur Luc Ferrari avant sa disparition ou plus aventureux encore : John Cage.

Avec qui aurais-tu aimé collaborer ?

– Shuggie Otis ou Todd Rundgren, deux touche-à-tout que j’adore.

Quel serait pour toi le concert idéal ?

Dur de rivaliser avec ce macro-concert : c’était en en 2017, à la Philharmonie de Paris, marathon John Zorn, plus de quatre heure de musiques sous la direction du maître avec David Fiuczynski, Julian Lage, Craig Taborn , John Medeski, Kenny Wollesen, Trevor Dunn, Joey Baron, Mary Halvorson, Drew Gress, Marc Ribot, Sylvie Courvoisier, Tyshawn Sorey, …. 

Sinon, plus actuel, en période d’absence de concert en présentiel : un concert qui ne serait pas annulé/reporté…

En tant que guitariste, quelles sont tes sources d’inspiration instrumentales ?

– Très variées à vrai dire : pour la nouvelle génération, j’aime beaucoup le son et le toucher de l’Américain Nir Felder, et j’ai beaucoup appris des licks de Buckethead quand j’étais plus jeune. J’avais aussi apprécié la patate de Cory Wong lors de son concert en début d’année au Trabendo à Paris et le son complètement barré de David  Fiuczynski lors du marathon John Zorn en 2017, qui déménage sérieusement avec sa guitare fretless notamment (écoutez les guitares de l’album Gamak de.Rudresh Mahanthappa). Chez les anciens, le Steve Vaï période Flex-Able pour son “Outer-Space-Guitar-Lyricism”, Frank Zappa pour sa manière de déconstruire les stéréotypes du solo de guitare traditionnel, Pat Metheny pour sa douceur et sa suavité, Adrian Belew pour son énergie communicative, Jeff Beck pour sa sonorité, Rory Gallagher pour la sueur blues et j’en ai sûrement oublié beaucoup, … ah oui, chez les Français, “worth mentioning” (!), Alain Renaud, qui a sorti une paire de superbes disques dans les années soixante-dix et le duo Guitares Dérives composé de Vincent Le Masne et Bertrand Porquet.

Valentin Becmann

Quel serait pour toi le studio d’enregistrement idéal ?

– Le mien avec un peu plus d’espace et un KSM313 (“ça parle encore hardware” noteraient mes amis musiciens [rires])

Plus généralement, j’aime la cohabitation des techniques digitales et analogiques au sein du même lieu, chaque élément apportant sa couleur et/ou son rythme de travail (on compte moins ses heures sur des magnétos à bande que devant son écran d’ordinateur). 

J’aime aussi jouer des contraintes d’un matériel et de la possibilité de l’utiliser de manière détournée ou encore de fabriquer soit même ses outils créatifs (microphones piézoélectriques, inductances électromagnétiques, mini-synthétiseurs, circuit-bending, effets divers, etc…). 

Lorsque je vivais en Belgique, j’ai beaucoup appris de la cohabitation avec le monde de la musiques électroacoustique/acousmatique et des personnalités comme Annette Vande Gorne, Benjamin Thigpen, Philippe Mion, … qui ont tous leur manière d’approcher le son et d’utiliser les outils mis à leurs disposition.

La question finalement, c’est d’être capable de s’approprier les moyens techniques mis à dispositions à des fins créatives, peu importe les contraintes inhérentes autant à la sophistication qu’au dépouillement.

Quel serait ton rêve musical le plus fou ?

– Cela fait déjà quelque temps que j’y pense : monter un studio/chambre d’hôte en campagne avec pension complète pour les artistes qui souhaiteraient s’immerger dans le processus créatif. 

Un peu plus fou peut-être et à plus courte échéance : un projet musical et sonore autour du Brésil (?)

Dernier concerts marquants :

– Cory Wong au Trabendo le 29 Février 2020

– Chassol au Brise Glace d’Annecy le 10 Octobre 2020

Valentin Becmann

Playlist 2020 :

– Wedding Ring Bells (Fergus Miller) “You Win, Baby”

– George Duke “Brazilian Love Affair”

– The Beautiful Losers “All is Gone”

– Anna Calvi “As a Man”

– Todd Rundgren “Smoke”

– Kiefer “Be Encouraged”

– Alice Clarke “I Keep It Hid”

– Torres “New Skin”

– James Blake “I Never Learnt To Share”

– Toshio Matsuura “Do the Astral Plane”

– Marlena Shaw ” Woman Of The Ghetto”

– Westbam feat. Richard Butler “You Need The Drugs”

– Kassa Overall “Show Me a Prison”

– Zohra “Badala Zamana”

– Karen Dalton “Something on Your Mind”

– Iggy Pop “Sonali”   

– Liliane de la Havas “Can’t Fight”

– Oneohtrix Point Never “Babylon”

– Donny Benét “Konichuwa”

– Benny SIngs “Not Enough”

– Tedeschi Trucks Band “Until You Remember”

– Quantic Feat Denitia “Nowhere”

– Young Gun Silver Fox “Kids”

– Steve Monite “Only You”

– Joakim “Samurai”

– Leo Sidran feat. Jorge Drexler “Row On”

– Nir Felder “Fire in August”

– Robert Glasper ft. H.E.R “Better Than I Imagined”

– Genevieve Artadi “Living Like I Know I’m Gonna Die”

Mes disques de coeur :

– “SF Sorrow” des The Pretty Things (1968)

– “Forever Dolphin Love” de Connan Mockasin (2010)

– “Marble Index” de Nico (1968)

– “Flex-Able” de Steve Vaï (1984)

– “We’re Only in it for the Money” de Frank Zappa (1968)

– “Safe as Milk” de Captain Beefheart and His Magic Band (1967)

– “Twelve Dreams of Dr Sardonicus” de Spirit (1970)

– “Tago Mago” de Can (1971)

– “Lemmings” de Bachdenkel (1973)

– “In the Land of Grey and Pink” de Caravan (1971)

– “Matching Mole” de … Matching Mole (1972)

– “Bored Civilians” de Keith Cross & Peter Ross (1972)

– “Barrett” de Syd Barrett (1970)

– “Le Poulpe” de Jean Constantin (1972)

– “Joia” de Caetano Veloso (1975)

– “Freedom Flight” de Shuggie Otis (1971)

– “Fare Forward Voyagers (Soldier’s Choice)” de John Fahey (1973)

– “You Think You Really Know Me?” de Gary Wilson (1977)

– “An Electric Storm” de White Noise (1969)

– “Get Up With It” de Miles Davis (1974)

– “Black Christ of the Andes” de Mary Lou WIlliams (1964)

– “Giant Steps” de John Coltrane (1960)

– “Quand le Son Devient Aigu, Jeter la Girafe à la Mer” de Jacques Thollot (1971)

– “Just Stompin” de La Monte Young & The Forever Bad Blues Band (1993)

– “Vernal Equinox” de Jon Hassell (1978)

– “Distal” de Crash of Rhinos (2011)

– “Arc of the Testimony” de Arcana (1997)

[…]