Yoonmi Choi Trio – 7 Days

Yoonmi Choi Trio – 7 Days

(Jazz – paru le 28 mai 2021)

Elle me rappelle furieusement le génial Michel Petrucciani dans ses improvisations avec la subtilité et le raffinement d’Hélène Grimaud. Magique, éblouissant !

Belle découverte que ce trio naviguant dans une fusion étonnante entre la musique romantique (voir post-romantique) et le jazz. Preuve que les deux styles ne sont pas si éloignés, bien que trop souvent opposés. Ce trio est mené par une jeune pianiste sud-coréenne, prodigieuse, ayant débuté à l’âge de 3 ans par la musique classique avant de s’éprendre, et on l’a comprend, pour le swing grâce auquel elle remportera plusieurs distinctions et se fera remarquer. Dès le premier morceau « Let There Be Light », on a l’impression que Rachmaninov est venu « taper » le boeuf, rue des Lombards, avec une section rythmique en osmose. Très bien accompagné par l’américain Tyler Luppi à la contrebasse et le batteur slovène Primoz Podobnik, solides piliers qui soutiennent à la perfection ses chorus, Yoonmi Choi déploie des trésors d’agilités par sa technique et par la musicalité de son discours. Les morceaux défilent avec une facilité déconcertante oscillant entre les deux amours de la clavièriste, certains dans une veine purement jazz et d’autres combinant habilement les deux. Elle me rappelle furieusement le génial Michel Petrucciani dans ses improvisations avec la subtilité et le raffinement d’Hélène Grimaud. Magique, éblouissant !